Job to Stay

Status Quo

En 2015 et 2016, 2,1 millions de personnes ont déposé une demande d’asile en Europe. Les flux migratoires et les processus de demandes d’asiles produisent des effets non seulement au sein de la société mais également dans l’économie de l’ensemble des pays européens, influençant les systèmes éducatifs et de formation professionnelle ainsi que le marché de l’emploi. Les organisations apportant un soutien et favorisant l’insertion des réfugiés et des demandeurs d’asile sont également directement concernées par la situation. Certaines personnes, autorités publiques et organisations ne sont pas suffisamment préparées pour permettre l’insertion des réfugiés dans le marché du travail. Parmi les raisons susceptibles d’expliquer les difficultés en termes d’insertion professionnelle se trouvent les lacunes linguistiques ainsi que le manque de clarté quant au statut de réfugié et au droit du travail qui y est lié. D’autre part, les réfugiés ne sont pas toujours habitués aux normes et aux codes culturels et sociétaux en Europe, tant dans le milieu professionnel que dans la vie quotidienne. Enfin, certains réfugiés ne sont pas en mesure de fournir les documents attestant de leur niveau d’études ou de la certification requise pour occuper un emploi, et ils sont parfois confrontés à des difficultés lors de l’évaluation de leurs précédentes expériences professionnelles.

Groupe cible : les femmes réfugiées

Bien qu’il existe de nombreuses initiatives et institutions œuvrant en faveur de l’intégration des réfugiés, il apparaît souvent que les femmes réfugiées sont davantage confrontées à des difficultés d’insertion. Il existe donc un besoin plus spécifique pour permettre aux femmes réfugiées de s’installer dans le pays de destination et de s’y insérer ensuite sur le plan social et professionnel.

Le secteur du tourisme offre une variété de possibilités et dispose d’un important potentiel de croissance. Ce secteur a toujours été interculturel par essence et il y existe aujourd’hui un besoin en main d’œuvre professionnelle d’employés et de travailleurs peu-qualifiés.

Objectifs et impacts du projet

L’objectif du projet Job to Stay, financé par le programme Erasmus+, est le placement en milieu professionnel ainsi que le développement des compétences des réfugiés pour leur permettre d’accéder à la formation et à la qualification. A cet objectif s’ajoute celui de la sensibilisation des décideurs politiques à différentes échelles territoriales. Le cœur du projet se concentre sur l’insertion des femmes réfugiées au sein du marché de l’emploi du secteur du tourisme.

Au cours des deux prochaines années, les partenaires décriront les cinq profils professionnels du secteur du tourisme choisis en accord avec le niveau 2 du Cadre Européen des Certifications. A partir de ces descriptions, les partenaires développeront un outil d’évaluation des compétences pour ces cinq métiers qui sera testé au cours d’une période d’immersion professionnelle de 6 mois. A l’issue du projet, le partenariat élaborera un Livre Vert qui synthétisera les résultats et les retours d’expériences pour permettre à d’autres acteurs d’en bénéficier.

Les partenaires du projet

Neuf partenaires en provenance de différents pays européens coopèrent au sein de ce projet et travaillent ensemble vers un objectif commun. Grâce à leur expérience, « European Neighbourds » (Autriche), « Formazione Co & So Network » (Italie) et « l’association Odyssée » (France), contribueront à rendre possible l’inclusion sociale et l’insertion dans le marché de l’emploi des femmes réfugiées. Le développement du programme d’enseignement pour les femmes réfugiées s’appuiera sur la solide expérience de l’association Slovène de « philanthropie pour la promotion du bénévolat » (Slovénie). « IHK Projektgesellschaft (Ostbrandenburg) mbH » et l’association « Verbund für soziale Projekte (VSP) » (Allemagne) travaillent quotidiennement avec le public cible du projet et disposent d’un important réseau de partenaires en Allemagne. Le réseau partenarial est également l’une des forces de « European Network for Transfer and Exploitation of EU Project Results – E.N.T.E.R » (Autriche) qui sera en charge de disséminer les résultats du projet auprès des réfugiés, des parties prenantes et du grand public. Enfin, « Fachhochschule des Mittelstands » de Schwerin (Université des Sciences appliquées – PME, Allemagne) et « Univerza na primorskem » (Slovénie) s’assurent de la qualité de la démarche scientifique dans ce projet international ainsi que de l’obtention de résultats scientifiquement prouvés et validés.

Ce projet est soutenu par le programme Erasmus+ de la Commission Européenne. Cette communication n’engage que son auteur et la Commission n’est pas responsable de l’usage qui pourrait être fait des informations qui y sont contenues.

Projet N°2017-1-DE02-KA202-004272 Job to stay – Sustainable Integration of Low-skilled Refugees into the Tourism Labour Market